Actualité de l'agriculture dans les Bouches du Rhône

Délégation des évêques au Salon de l' Agriculture

Salon de l’agriculture, des évêques à l’écoute du monde rural  ( In "La Croix" 1er mars 2022)

Une délégation de cinq évêques s’est rendue au Salon de l’agriculture à Paris, lundi 28 février. Conduite par Mgr Jacques Habert, évêque de Bayeux et Lisieux, elle s’est inscrite dans le contexte de la rencontre nationale du rural « Terres d’espérance », qui doit s’ouvrir le 22 avril à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme).

Arnaud Bevilacqua,  le 28/02/2022 à 19:31N/CIRIC

Il n’y a pas que les candidats à l’élection présidentielle qui déambulent dans les allées du Salon de l’agriculture, porte de Versailles à Paris. Si ce lundi 28 février, Anne Hidalgo, Valérie Pécresse mais aussi Fabien Roussel sont venus échanger avec les agriculteurs, ces derniers ont aussi pu croiser une petite délégation (1) d’évêques français.

Conduite par Mgr Jacques Habert, évêque de Bayeux et Lisieux (Calvados), accompagnateur de la Mission en monde rural de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Bertrand Lacombe, archevêque d’Auch (Gers) Mgr Gérard Le Stang, évêque d’Amiens (Somme), Mgr Luc Crepy, évêque de Versailles (Yvelines) et Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre (Hauts-de-Seine), elle a poursuivi une « tradition » née en 2016. En 2018, pas moins d’une vingtaine d’évêques de tout le pays avaient passé la journée dans la « plus grande ferme de France ».

Présence « symbolique »

Avant la visite, Mgr Habert justifiait cette présence « symbolique » par la nécessité de s’informer « des évolutions, des recherches, des débats qui agitent le monde agricole dans notre pays » et de manifester « notre proximité envers tous les acteurs du monde agricole ».

Cette année, la visite en plus petit comité débute avec les chambres d’agriculture. Reçus par le président de la chambre d’agriculture d’Île-de-France Christophe Hillairet, les évêques peuvent se réjouir d’entendre à quel point, l’Église catholique était encore attendue dans le monde rural. Leur hôte exprime notamment son attente de prêtres en proximité avec la société civile, quand justement le père Charles-Henry Huguet, curé de la paroisse d’Ablis (Yvelines) entre dans le stand.

Répercussions du conflit en Ukraine en France, solidarité avec les agriculteurs ukrainiens, inquiétude sur la filière bio, les sujets abordés sont nombreux et les questions et remarques des évêques fusent. Avant de se quitter, le président de la chambre d’agriculture d’Île-de-France redit combien la présence de cette délégation interpelle dans le bon sens au milieu des allées du salon de l’agriculture.

Connaissance des problématiques du monde agricole

Sur le stand de la Coopération agricole, qui regroupe quelque 2 300 coopératives agricoles en France, les évêques sont accueillis par Dominique Chargé, son président. Prenant très au sérieux cette délégation épiscopale, il expose avec conviction les valeurs de l’instance représentative.

Par leurs questions, les évêques témoignent de leur connaissance des problématiques du monde agricole à l’image de Mgr Lacombe qui s’intéresse à la filière canard dans le Gers. En fil rouge, des interventions, ils expriment aussi leurs inquiétudes quant au difficile renouvellement des générations dans les exploitations.

La visite se poursuit avec notamment un arrêt à l’Union nationale des Maisons familiales rurales et à la Ferme digitale qui regroupe des start-up du monde agricole avant un temps dans le pavillon consacré « aux produits et saveurs de France ». La journée doit se clôturer par une messe à la paroisse Saint-Antoine-de-Padoue, à deux pas de la porte de Versailles.

Cette visite des évêques au Salon de l’agriculture s’inscrit cette année dans le contexte de la rencontre nationale « Terres d’espérance » qui aura lieu les 22, 23 et 24 avril à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme). Voulue par les évêques, elle vise à rassembler des chrétiens - 800 personnes sont attendues - qui habitent les espaces ruraux en France. L’objectif de cet événement, repoussé en raison du Covid, est de montrer que l’Église reste présente dans le monde rural.

(1) Le père Joël Morlet, délégué national pour la mission en monde rural de la CEF et le père Jean-Christophe Meyer, secrétaire général adjoint de la CEF participaient également à la visite.

À découvrir Les évêques de France s’alarment de la détresse des agriculteurs

Procès TERRA FECUNDIS devant le Tribunal judiciaire de Marseille

Récit de Jean-Yves Constantin

"L'audience de ce procès s'est tenue du 17 au 22 juin 2021 devant la 6 ème chambre bis correctionnelle du Tribunal judiciaire de Marseille, et plus précisément devant la Juridiction Inter Régionale Spécialisée (JIRS).

Les juridictions interrégionales spécialisées (JIRS) regroupent des magistrats du parquet et de l'instruction possédant une expérience en matière de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière dans des affaires présentant une grande complexité.

La JIRS a été saisi par l’Office central de lutte contre le travail illégal et a rassemblé des dossiers en provenance de différentes juridictions pour la période de prévention 2012-2015.

Les prévenus :...

Suite à lire ici :    https://ahp.li/2cd28dc0b87af41077af.pdf

 

 

 

Précisions concernant le procès de l'entreprise "Terra fecundis".

Commentaire de Jean-Yves (qui a été présent les 4 jours 1/2 du  procès) :

 Moment très intense, rempli de tensions, et aussi d'émotions. C'est un moment fort dans la défense des droits des salariés, et pas seulement des salariés détachés puisqu'il s'agit d'un modèle social qui est dénoncé dans ce procès. Il nous faut maintenant attendre le 8 Juillet pour savoir ce que décide le Tribunal. Ce délibéré est assez court, le Tribunal a dit qu'au vu des enjeux humains, sociaux, et économiques il était important pour lui de se prononcer rapidement.

Voilà donc le moment d'une étape. D'autres rendez-vous judiciaires sont déjà à l'agenda. Nous allons continuer. 

A lire : "Procès Terra Fecundis : « “Germinal” dans les exploitations agricoles »" in "Le Monde" du 22 mai 2021

daubord 23.04.2021 12:58

Je vois que les conditions de travail se dégradent partout. Et le tourisme, les artistes, etc... La pandémie a fermé la bouche aux gilets jaunes... qui avai

Commentaires

08.10 | 11:43

Verhelst «  quand je suis faible je suis fort «  Debout dans l’épreuve

08.10 | 11:41

Lire le témoignage très frappant et émouvant de Thierry Verhelst attei...

01.10 | 05:38

Le pire ,comme l'a dit Anne Sinclair à propos d'elle-même et de DSK ,c'es...

22.08 | 05:09

Merci pour ces messages de l'été. Ils me rejoignent en Corrèze où je suis ve...