Commentaires

08.10 | 11:43

Verhelst «  quand je suis faible je suis fort «  Debout dans l’épreuve

08.10 | 11:41

Lire le témoignage très frappant et émouvant de Thierry Verhelst attei...

01.10 | 05:38

Le pire ,comme l'a dit Anne Sinclair à propos d'elle-même et de DSK ,c'es...

22.08 | 05:09

Merci pour ces messages de l'été. Ils me rejoignent en Corrèze où je suis ve...

Ceux qui ont tracé la route...

Pierre et Geneviève Chauvet

Transhumances est un Lieu d'Eglise en rural avec comme objectifs : être un lieu d'accueil, un lieu de dialogue, un lieu de partage de vie et d'événements, de convivialités et de fêtes, de prières et de célébrations parfois.

 Transhumances n'est pas née d'un claquement de doigt, elle a pris racine dans un terreau mûri lentement, avec l'apport des réflexions, des expériences partagées collectivement par des personnes engagées dans le monde rural.

Trois composantes sont à la base de la naissance de Transhumances :

 - des laïcs des mouvements d'action catholique où étaient Pierre et Geneviève,

- des communautés religieuses implantées dans le milieu rural du diocèse d'Aix et d'Arles qui ont soutenues et participées activement au projet,

- et enfin la reconnaissance et la confiance du diocèse

Transhumances a un fonctionnement associatif avec adhésion et cotisation, AG, débats des orientations, commissions, conseil d'administrations. Transhumances a fêté ses trente années d'existence, cela donne force à son enracinement...

Cette nouvelle forme de faire église comprend des risques d'échecs et de difficultés indissociables à tous projets nouveaux qui sortent des chemins battus, mais nous donne le goût des choses nouvelles, de l'espérance et de l'assurance à tous ses adhérents.

 Pierre et Geneviève étaient partie prenante de cette recherche avec la volonté de trouver et d’expérimenter une façon nouvelle de faire église. Un lieu proche de la vie des gens, ouvert à des personnes d'horizons divers et de conditions parfois modestes, à ceux et celles qui se sont éloignés de l'église, qui ne s'y sentent pas à l'aise, qui se posent des questions sur leur foi et soucieuses de mieux vivre l'évangile dans leur vie.

Dans la période de difficultés que nous vivons aujourd'hui, la tentation du repli sur soi est forte.

Des lieux de rencontres, d'écoute, de dialogue ont toute leur place où l'on puisse partager nos interrogations sur les évènements du monde, nos préoccupations, nos doutes, nos joies et nos peines, dans la confiance réciproque et dans le partage de l'évangile de Jésus-Christ.

Pierre nous laisse en héritage sa façon bien à lui de vivre, sa conviction profonde : que les relations humaines sont et restent au centre de nos vies.

 Le 9/ 01/ 2023 à Barbentane.

G & H Cestier

 

Geneviève

De Geneviève et Pierre, Marie-Thérèse Daubord dit qu’ils appartiennent à la « grande famille du rural ». C’est avec cette famille que nous étions réunis hier, par Transhumances, notre Eglise en rural. Et nous disions combien il est difficile de séparer Geneviève de Pierre et réciproquement.

Car c’est ensemble qu’ils ont été si humainement présents, attentifs aux autres, au plus fragiles, comme le rappelait Monique.

Aux malades qui avaient besoin de visite, d'accompagnement (combien de pèlerinages à Lourdes !)

Attentifs et généreux aussi dans le domaine social, par exemple, en prenant grand soin de leurs ouvriers lorsqu'ils travaillaient, se rappelaient Régis, pour ne citer que ces deux aspects parmi tant d'autres...

Des personnes de conviction, des battants, des gens qui ne lâchent rien, disait Pascale.

Geneviève, une belle figure, impressionnante de détermination, un exemple, pour Antoinette Belleil.

Pas de plainte, alors que sa santé était précaire. Au contraire beaucoup de gratitude pour la personne qui lui avait permis d'être greffée et d'alléger son quotidien durant quelques années.

Pour tout cela nous avons envie de dire « Merci, Geneviève, Merci Seigneur de nous l'avoir donnée. Maintenant qu'elle t'a rejointe, qu'elle nous aide à être attentive à l'autre, quel qu'il soit, à rester fermes dans nos convictions, à son exemple ».

Elle laisse pour nous, derrière elle, le sillon bien droit qu'elle a creusé avec Pierre et où nous pouvons marcher à sa suite : c'est elle qui nous guidera, c'est elle qui vous guidera Pierre et Claire vouse soutiendra. Merci.

Transhumances

Décès de Ginette Dimier

Tout le monde ne connaît peut-être pas Ginette Dimier ! Mais ceux des équipes qui ont participé à la fondation de Transhumances s’en souviennent.

Comme eux elle était concernée par le travail en exploitation agricole ; elle était engagée à l’ASAVPA (Association des Salariés de l’Agriculture pour la Vulgarisation du Progrès Agricole). Dès les années 60/70, il s’agissait de valoriser le métier devant l’absorption qu’en faisaient les activités tertiaires qui commençaient à prendre le dessus dans l’activité économique !

Ginette faisait partie de l’équipe C.M.R. de la région d’Aix, et à ce titre elle venait à Transhumances, le plus souvent avec Louis Rouve resté très présent en amitié durant toutes ces années où son handicap l’avait contrainte à ne plus pouvoir marcher.

Ginette, on se souvient de ses beaux yeux bleus, si bleus ! On se souvient aussi de son caractère bien trempé qui, à coup sûr, lui a permis d’agir pour faire le bien !

On l’aimait bien : ça c’est sûr, avec toujours son beau sourire pétillant de malice …

Jean-Pierre Molinier

Jean-Pierre s'est éteint aux côtés d'Alain ce 9 janvier 2021.

Il avait renouvelé ses vœux de moine mercredi 6 avec le frère Pierre et la sœur Dominique de la communauté d'Eygalières . 

Il n'a cessé ces derniers jours de dire Merci avec son sourire plein de tendresse... comme dans toute sa vie. 

C'est un monument de gentillesse, de profondeur et d'ouverture spirituelles qui nous quitte. 

Et nous en sommes bien tristes, il nous manquera, mais je suis sûr qu'il prendra soin de chacun de là-haut.  

Louis Rouve

Louis Rouve est décédé lundi matin 14 décembre.

Message de Jean-Yves : 

Cette nouvelle nous laisse dans la stupéfaction. Je pense que les uns et les autres nous l'avons eu au téléphone ces derniers jours. Toujours avide de prendre des nouvelles et d'être en contact avec tous. Nos vies l'ont toujours intéressé, et il s'est toujours préoccupé de donner des nouvelles des uns et des autres. Maintenant il va continuer à s'intéresser à nos vies et à donner de nos nouvelles depuis là haut.

Nous sommes dans ce moment de l'Avent.

L'espérance de la venue du prince de la Paix peut nous aider à relire la vie de Louis et à la continuer.

  Merci à vous pour ces moments douloureux où il sera bon de nous appuyer les uns sur les autres… et sur le tout autre.

Avec l'amitié

Louis et les employeurs peu scrupuleux

Un ami de Louis Rouve rappelle un moment où ils ont été interpelés par des ouvriers Marocains sans-papiers que leur employeur n'avait pas voulu payer, contrairement aux engagements pris.

Jean-Yves nous  donne son éclairage sur cette question.

Oui, cela a fait partie de nous sujets de conversation !  Et plus les personnes sont précaires, plus les « ça profite » se régalent.

Ma position était assez nette, si je prends des moyens semblables à ceux que je dénonce je ne fais pas avancer la question.

J’ai tout de même indiqué à quelques-uns, qu’un règlement permet d’éviter une colère collective qui un jour ou l’autre se traduit pas une vengeance.

Une fois cela dit, il y a des jours où il faut ruminer la déception, la colère devant le mépris, le cynisme, l’absence totale de respect pour les personnes, …

Mais en même temps il faut faire attention car parmi ces personnes sans foi et sans loi, il peut aussi y avoir de la violence.

Avec Louis nous avions convenu que dans de telles situations nous appelions, ainsi tous les deux nous avions les éléments de la situation. Et si nous décidions d'aller rencontrer l'employeur nous nous avertissions mutuellement… dans une 1/2h, dans une heure je pourrais t'appeler, sinon …

La plupart du temps les employeurs (si cette appellation peut encore leur être attribuée !) lorsqu'ils voient une telle démarche sont surpris, ils nient tout, mais en même temps ils recherchent une issue. Ce numéro peut être des menaces, des paroles fortes, des cris, … ensuite il faut passer à la transaction !

Parfois cela demande un peu de temps. Le fait d’entendre que des éléments ont été enregistrés pour aller en justice aide à faire plier.

Cela fait des bonnes histoires pour occuper les soirées d’hiver !

Dans deux situations je n’ai pas obtenu de solutions, et je garde cela en tête ne sachant pas qu’en faire. Ce gouffre apparemment sans fond du cynisme est abasourdissant. Il est urgent de le savoir. Il est aussi urgent de contempler la capacité de bonté qui habite tant de personnes rencontrées !  

Parcours de Louis.

Louis est né le 10 Mai 1932 à Belmont dans un famille de paysan du Larzac, une famille de 9 enfants.

En 1953, il fait son service militaire, en 1955 il est rappelé, il fera plus d’un an en Algérie.

Il est ordonné prêtre le 17 Mars 1956 pour le diocèse de Rodez.

En septembre 1961, il monte à Paris comme aumônier national de la J.A.C.

A 30 ans, touché par la tuberculose, il restera un an en sanatorium. En 1964, il devient aumônier du M.R.J.C. de l’Aveyron.

En Septembre 1969, il part en Uruguay (Diocèse de Salto) comme prêtre Fidei donum, avec un contrat de l’Evêque de Salto. (Fidei Donum est une encyclique du pape Pie XII promulguée le 21 Avril 1957, afin de rechercher la coopération des évêques diocésains afin d’envoyer des prêtres, diacres, laïcs, en terres de mission)

3 ans plus tard, le 17 aout 1972, il est arrêté et mis en prison pendant 17 mois pour avoir défendu les petits paysans.

En 1974, il sera libéré et expulsé vers la France.

En 1975 il arrive à Berre l’Etang et travaille chez plusieurs exploitants comme salarié agricole. En 1984 à la création du service de remplacement il y est embauché et il y restera jusqu’à sa retraite.

Devant les sollicitations de salariés agricoles, il les accompagne dans la défense de leurs droits. Il adhère au syndicat CFDT. Il sera très actif dans la défense des droits des salariés agricoles, mais aussi dans les instances de dialogue professionnel.

Il est membre de l’ASAVPA (Association des Salariés de l’Agriculture pour la Vulgarisation du Progrès Agricole). Il participe activement à l’organisation de concours de taille de la vigne ou des oliviers, mais aussi d’autres rencontres ou voyages de découvertes.

Il est élu à la Mutualité Sociale Agricole comme administrateur.

Pendant tout ce temps il aide à la création de Transhumances (lieu d’Eglise en rural). Il y restera actif jusqu’à la fin.

Il vient loger au presbytère de Mallemort avec le père Anselme Burle, curé de la paroisse.

Quelques temps après le décès brutal du père Anselme en 1990, il devient indésirable pour le nouveau curé.

De là, il déménage au presbytère du Paradou, jusqu’en 2018 date à laquelle il rentre au foyer pour personnes âgées à Fontvieille ou il décède le 14 décembre 2020.

**************************

Commentaires

08.10 | 11:43

Verhelst «  quand je suis faible je suis fort «  Debout dans l’épreuve

08.10 | 11:41

Lire le témoignage très frappant et émouvant de Thierry Verhelst attei...

01.10 | 05:38

Le pire ,comme l'a dit Anne Sinclair à propos d'elle-même et de DSK ,c'es...

22.08 | 05:09

Merci pour ces messages de l'été. Ils me rejoignent en Corrèze où je suis ve...